6 Minutes de lecture

Les tendances du digital learning - par Michel Diaz

Le 16 janvier 2020

A l’occasion d’un petit-déjeuner organisé par le salon SRH, Michel Diaz, directeur associé de Féfaur s’est exprimé le 29 novembre dernier sur les tendances du digital learning. Partenaire du salon, Fefaur est une société spécialisée en conseils et stratégies e-learning. Michel Diaz est également rédacteur en chef du site E-learning Letter, le média de référence sur le digital learning en France. En tant que conférencier apprécié, il intervient régulièrement en métropole et à l’étranger afin de partager son expertise. Voici ce que nous avons retenu de cette conférence. 

 

tendances digital learning

 

Tour d’horizon du digital learning en 2019

 

Pragmatisme et création de valeur

Comme on pouvait s’y attendre, la formation digitale n’a pas cessé de se développer, et de nouvelles tendances ont vu le jour. D’autres méthodes d’apprentissage sont nées, notamment suite à l’expansion massive de la data. Alors, face à cette multiplication des moyens de formation, il est primordial de rester pragmatique afin de créer du contenu de qualité. 

Quatre enjeux majeurs pour le digital learning se distinguent. Les maîtriser permettra de créer de la valeur. 

Business : les KPI (indicateurs de performance) sont d’excellents moyens de mesurer la performance des formations au sein des entreprises. 

Ressources humaines : dans un contexte de “chasse aux talents” permanente, il est important pour les entreprises de savoir recruter les bonnes personnes, mais surtout de les accompagner et de les retenir. La formation y a son rôle à jouer. 

Transformation digitale : les entreprises doivent également rester à l'affût des nouveautés du digital learning et les maîtriser (design thinking, test & learn…) 

Conformité : qui dit formation, dit diplôme, certification. Désormais, l’employé a besoin d’être formé continuellement pour continuer à exercer son métier.

Par conséquent, l’année 2019 a été marquée par une montée en puissance des directeurs et responsables de formation dans les entreprises. Cette hausse des recrutements accompagne le développement des outils du digital learning.

 

Le marché de la transformation digitale en surchauffe

A l’heure où la formation digitale est à son apogée, la concurrence pour les entreprises spécialisées devient de plus en plus rude. Les catalogues de formations se multiplient sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Linkedin et même sur Google, si bien que les sociétés dédiées à la création de contenu pédagogique se voient obligées d’évoluer.

C’est le cas de Skillsoft, expert en solution de contenu, qui a restreint son catalogue de formation et donc sa cible, afin de se spécialiser. Notons aussi que de nombreuses entreprises offrent un accès gratuit à l’intégralité de leur catalogue de formation afin de pallier à cette concurrence.

 

La vidéo, toujours n°1 des tendances

 

La vidéo est à la formation digitale ce que les cadeaux sous le sapin sont à la fête de Noël : l’un ne va pas sans l’autre. En effet, rares sont les formations qui ne contiennent que du texte et aucune vidéo. Désormais, il est très simple de créer rapidement des vidéos grâce à des outils tels que Powtoon par exemple. D’autant plus que de nombreuses plateformes LMS proposent ces outils pour faciliter la conception de formation engageante. 

Le format vidéo possède de nombreux avantages. Il est moins ennuyant pour l’apprenant et il facilite la rétention d’informations, par exemple. La vidéo permet surtout de former de manière concrète et visuelle. Pour une formation manuelle (masseur, boulanger…), l’apprenant peut voir les gestes d’expert, ce qui crée une certaine valeur. 

La vidéo est donc bien intégrée au processus de formation, mais cette année encore, elle a pris du galon. Certaines vidéos Youtube font concurrence à des modules de vidéos e-learning très formatés.

 

Tendance n°2 : la gamification 

 

Se former en s’amusant, c’est un peu le leitmotiv de la gamification. En intégrant des interactions dynamiques ou des jeux aux formations plus classiques, l’apprenant retient davantage d’informations. Mieux, il prend plaisir à apprendre. 

Désormais, le formateur peut remettre des badges de certification à ses apprenants. Cette notion de récompense motive ces derniers à suivre la formation jusqu’au bout. Pour aller encore plus loin, certains formateurs instaure le concept de “leader board”, c’est-à-dire que l’apprenant qui a obtenu les meilleurs résultats décroche le titre de “vainqueur” de la formation.

 

Tendance n°3 : le e-coaching

 

Afin de poursuivre sa formation jusqu’au bout, l’apprenant a besoin d’un minimum de soutien, d’autant plus que le digital learning a la mauvaise réputation d’isoler l’apprenant. Grâce au e-coaching, l’apprenant peut dorénavant compter sur la présence d’un “coach”, que ce soit en présentiel comme en distanciel.

Cette présence peut également être assurée par le formateur qui s’investit dans le parcours de ses apprenants, ou même par un animateur de communauté. Son rôle consiste à faire vivre les forums et ainsi, à inciter les apprenants à poser des questions et à partager leurs doutes. 

 

Tendance n°4 : l’engagement des apprenants au coeur du processus de formation

 

La problématique quant à l’engagement des apprenants reste la même aujourd’hui. D’autant plus lors de formations e-learning où l’apprenant se retrouve seul derrière son écran. La priorité est donc de créer du contenu pertinent ET engageant, si bien que l’on assiste à une course à l’engagement de la part des vendeurs de LMS et créateurs de contenus, vendant la solution miracle pour engager les apprenants.

Or, il n’y en a malheureusement pas. L’engagement de l’apprenant vient d’abord de sa propre volonté à se former et de sa motivation personnelle. Michel Diaz l’illustre avec cette expression : “on peut amener l’âne au puits mais on ne peut pas le forcer à boire”.

En revanche, on peut faciliter l’engagement d’un apprenant motivé en mettant à sa disposition des outils qui correspondent à ses attentes et à ses usages (mobile learning, micro learning, instantanéité…).

e-learning

 

Tendance n°5 : l’Intelligence Artificielle

 

L'avènement de l’Intelligence artificielle révolutionne la formation professionnelle. En effet, il n’est plus question du schéma traditionnel : formateur + apprenant ou formation + plateforme + apprenant, dans le cadre d’une formation en ligne. Il s’agit désormais d’aller au plus proche de l’apprenant en lui offrant un parcours de formation personnalisé.

L’intelligence artificielle se base sur la data et les résultats des parcours de formation afin d’attribuer la meilleure modalité pédagogique à chaque contenu, ce qui est difficilement réalisé par les concepteurs de formation. 

 

Tendance n°6 : l’indispensable LMS

 

Dorénavant, les plateformes LMS s’interconnectent. Par exemple, une entreprise multinationale développe un mobile learning en Chine pour s’adapter aux usages mais possède un LMS classique en France afin de s’adapter aux contraintes et réglementation en vigueur. Cette combinaison est possible car les deux plateformes utilisées sont compatibles.

 

 

Manon Consul

Écrit par Manon Consul

Articles récents