3 Minutes de lecture

Zoom sur… les nouveaux métiers de la formation Blended Learning

09 octobre 2019

Chaque année de nouveaux métiers apparaissent et le secteur de la formation n'est pas une exception ! Nous nous intéressons ici à quatre fonctions : animateur de communauté, formateur “terrain”, digital learning manager et concepteur de contenus digitaux.

quels sont les nouveaux métiers formation blended learning ?

Qui dit évolution et changements au sein de la formation professionnelle dit également nouveaux métiers. En effet, la transformation digitale progressive des entreprises ainsi que les différentes réformes incitent les entreprises à repenser l’organisation de leur service de formation. Résultat ? De nouveaux métiers émergent, plus ou moins développés à ce jour, mais néanmoins très prometteurs. 

Si au départ les obligations en matière de formation relevaient davantage des moyens de formation eux-mêmes, les résultats sont désormais au coeur des préoccupations. De nombreuses modalités de formation sont acceptées et laissent un champ bien plus libre à l’apprentissage professionnel. 

Nous vous présentons 4 nouveaux métiers très prometteurs dans le secteur de la formation.

On assiste en fin de compte à une mutation du métier de formateur, qui doit se parer de nouvelles compétences, notamment digitales.

 

Animateur de communauté

 

Il s’agit en quelque sorte du community manager entièrement dédié à la formation e-learning. Puisque la formation en ligne doit s’inscrire dans un contexte social pour s’avérer efficace, l’animateur intervient précisément afin de créer une véritable communauté au sein des outils de formation. 

Ses missions ? Créer des espaces d’échange, comme les forums, afin de laisser la possibilité aux apprenants d’interagir entre eux, de poser des questions et réagir sur des sujets divers et variés. De cette manière, ils se sentent soutenus et entourés au cours de leur formation. L’animateur est également chargé de susciter le débat en créant lui-même des discussions et en les modérant afin de limiter les débordements. Finalement, l’animateur effectue des reportings qui permettent par la suite de mesurer l’engagement des apprenants, mais aussi constater les questions récurrentes. 

Cette fonction, qui peut être exercée par le formateur lui-même, tend néanmoins à se développer au sein des entreprises.

 

Le formateur “terrain”

 

Vous pensez sûrement “Le formateur ? C’est logique, il ne s’agit pas du tout d’un nouveau métier !” et bien…. oui et non ! Certes, le métier de formateur n’est pas nouveau en tant que tel, néanmoins sa position a beaucoup évolué depuis l’avènement de l’e-learning et des grands changements de la formation. Aujourd’hui, le formateur est plus “terrain” que jamais : mises en situation, exercices pratiques, AFEST… en bref, nous sommes bien loin de l’esprit très académique d’autrefois. Puisque la formation n’est pas la même en présentiel et digital, de plus en plus de formateurs sont dédiés ou formés au digital dans le but de maîtriser au mieux les outils et augmenter ainsi l’efficacité de la formation.

En fait, le formateur tient le rôle de véritable référent, chargé d’accompagner et d’aider les apprenants, sans pour autant exercer une position hiérarchique classique (le professeur et les élèves). C’est lui qui anime la formation, quel que soit son support. 

On assiste en fin de compte à une mutation du métier de formateur, qui doit se parer de nouvelles compétences, notamment digitales.

qu'est ce qu'un digital learning manager ?

Le digital learning manager

 

Le digital learning manager intervient essentiellement dans les niveaux plus stratégiques de l’organisation et la conception d’une formation. Il tient le rôle de chef de projet, mais il est également chargé de la gestion budgétaire des formations, et travaille en collaboration avec la direction de la communication et du marketing (selon le type de structure) pour élaborer les actions visant à engager et motiver les apprenants dans leur apprentissage.

 

Le concepteur de contenus digitaux

 

Le contenu est, aujourd’hui plus que jamais au centre de toutes les formations, et l’est davantage sur le digital, puisque l’apprenant est plus autonome dans son apprentissage. Tout l’enjeu réside dans le fait de rendre les contenus attrayants, dynamiques et interactifs et… ce n’est pas une mince affaire ! Le passage au digital n’est pas encore acquis pour toutes les entreprises : le concepteur sera donc chargé  d’effectuer cette transition en créant des contenus adaptés à la typologie d’apprenant. Il a à sa disposition plusieurs outils et supports qu’il sera intéressant de diversifier ou gamifier.