10 Minutes de lecture

Hard skills : définition, liste et exemples

Les compétences sont traditionnellement divisées en deux catégories : compétences techniques d’un côté, liées aux savoir-faire, ce sont les hard skills. Et les compétences douces de l’autre, liées au savoir-être, ce sont les soft skills. La distinction semble facile à opérer pourtant, ce n’est pas toujours le cas. La frontière est-elle si nette lorsque l’on évoque la gestion de projet ? Pas forcément… Et nous verrons que cet exemple n’est pas isolé.

 

Les employeurs gardent cependant bien en tête les fondamentaux de chaque catégorie de compétences, qui présentent bien sûr toutes deux leur intérêt. À l’heure actuelle, les soft skills font l’objet d’une préférence grandissante en raison de leur transversalité.

 

Dans ce contexte, les hard skills constituent-elles toujours un socle indispensable au démarrage et à l’évolution d’une carrière ? Peut-on considérer les compétences techniques comme obsolètes ou plus que jamais indispensables ? Rise Up vous répond !  

 

Rise Up Content découvrez notre offre de formations sur étagère

 

Que sont les hard skills ?

 

Hard skills : définition

 

Les hard skills renvoient aux notions de compétences techniques et de compétences métiers. En d’autres termes, il s’agit d’aptitudes et de capacités propres à l’exercice d’une (ou de plusieurs) profession, par exemple la programmation informatique pour un développeur web. On parle aussi parfois de compétences dures, qui est la traduction littérale de hard skills en français.

 

Ce type de compétences s'acquiert lors des études puis de l’expérience professionnelle. Mesurables, quantifiables, vérifiables : les hard skills constituent des savoir-faire concrets, limités à certains contextes et/ou champs d’activité. Cet aspect ne définit toutefois pas à lui seul une hard skill. 

 

Autre dimension que l’on associe parfois aux compétences techniques et compétences métier : la durabilité. En effet, une fois que l’on connaît un logiciel ou que l’on sait conduire une machine, on ne perdra pas la compétence. Il faut toutefois nuancer : si la compétence reste acquise à vie par le professionnel, son utilisation, elle, ne se pérennise pas forcément. Ainsi, dans le secteur informatique, un langage informatique utilisé à l’instant T pourra être abandonné quelques années plus tard. 

 

Quelles sont les différentes catégories de hard skills ?

 

Les hard skills se divisent en deux catégories principales : les compétences transposables et transversales d’une part, les compétences spécifiques par métier d’autre part. 

 

Quelles sont les différentes catégories de hard skills ?

Les compétences transposables et transversales

Les compétences transversales regroupent les capacités applicables à différents métiers et secteurs d’activités. De leur côté, les compétences transposables correspondent à des aptitudes pouvant être utilisées dans différents emplois d’un même secteur professionnel. Les deux notions font quoi qu’il en soit référence à la mobilité, au transfert d’un même savoir-faire d’un poste à un autre. 

Un bon exemple de hard skill transversale : les langues étrangères, centrales dans bien des professions, comme professeur de langue, guide touristique ou encore traducteur. Citons également parmi les hard skills transverses la parfaite maîtrise de la grammaire et de l’orthographe.

 

Les compétences spécifiques par métier

Il s’agit de hard skills limitées à un seul métier. Les exemples ne manquent pas ! La capacité à piloter un avion sanctionnée par une qualification homologuée Flight Crew Licencing (FCL) s’applique aux seuls pilotes de ligne. Manier un chariot élévateur sur une plateforme logistique constitue la compétence clé d’un manutentionnaire. La connaissance et la mise en œuvre des techniques d’intervention médicale ne sont quant à elles utiles qu’au chirurgien. 

 

Exemples de hard skills par secteur

 

Hard skills du secteur informatique 

Nous retrouvons ici l’utilisation des logiciels de bureautique, la maîtrise d’un ou plusieurs langages de programmation, la conception de sites internet, l’utilisation de programmes de PAO ou de retouches photo, etc.

 

Hard skills en digital marketing

Voici les principales compétences techniques indispensables dans le digital marketing :

 

  • élaboration de stratégies marketing appliquées au web ;
  • gestion des réseaux sociaux ;
  • techniques de rédaction spécifiques au web ;
  • utilisation d’outils spécifiques pour réaliser des campagnes de publicité en ligne, analyser le trafic d’un site internet…

Hard skills de l’ingénieur

Le métier d’ingénieur repose sur deux compétences “piliers” : l’aptitude à mobiliser les ressources d'un champ scientifique et technique liées à une spécialité, ainsi que la connaissance d’un large champ de sciences fondamentales.

 

Compétences techniques d’un commercial

La maîtrise des techniques de vente, l’utilisation d’un Customer Relationship Management (CRM) et le social selling (utilisation des réseaux sociaux dans le processus de vente) font partie des hard skills essentielles du commercial

 

Hard skills vs soft skills

 

Hard skills et soft skills, quelles différences ? Si les premières font référence aux compétences techniques, les secondes se définissent comme des compétences interpersonnelles et comportementales. Savoir travailler en équipe, être doté d’une bonne capacité d’analyse, avoir le sens de la communication, faire preuve d’adaptabilité, de créativité ou encore d’aisance relationnelle : autant de soft skills recherchées par les employeurs. 

 

Au vu de ces exemples, la différence entre hard skills et soft skills semble évidente. Il faut pourtant nuancer car ces deux types de compétences ont des points communs. Une soft skill peut tout à fait s’acquérir de manière académique et être mesurable à l’aide d’un référentiel. C’est le cas par exemple de la capacité de négociation et de la gestion de projet. De plus, comme les hard skills, il s’agit de compétences stables (un bon communicant restera un bon communicant). Enfin, les soft skills font partie des compétences transversales et transposables : la pensée critique ou la gestion du temps sont utiles dans nombre de secteurs d’activité. 

 

Hard skills, soft skills : au lieu de les opposer, il convient de les associer ! C’est leur complémentarité qui fera toute la valeur d’un profil. Les soft skills viennent renforcer les hard skills, accroître les capacités d’un collaborateur à être performant et faciliter la mobilité professionnelle. 

 

Quelle est l’importance des hard skills dans le recrutement ?

 

L’importance des hard skills pour les recruteurs 

 

L'importance des hard skills pour les recruteurs

Les soft skills sont observées de très près par les recruteurs depuis plusieurs années. L’ère post-Covid qui s’ouvre, marquée par une plus forte mobilité des travailleurs et des désirs de reconversion accrus, conduit les employeurs à leur donner une importance croissante.  

 

À l’inverse, les hard skills ont tendance à perdre de la valeur aux yeux des recruteurs en raison de leur potentielle obsolescence. L’automatisation des tâches, la digitalisation des entreprises, les évolutions dans le champ de la data et de l’intelligence artificielle : autant d’éléments qui favorisent la transformation des métiers, donc conduit à la perte de certains et à la création de nouveaux.

Conséquence : certaines compétences techniques deviennent inutiles après quelques années. Dès lors, peut-on parler d’obsolescence programmée des hard skills ? C’est le cas pour certaines, indéniablement. Dans les secteurs de l’IT, les technologies évoluent à un rythme soutenu, rendant les compétences d’il y a 5 ans inutilisables aujourd’hui. 

 

Cela ne signifie pas pour autant que ces compétences sont inutiles, ni délaissées par les recruteurs. Au contraire ! Dans un contexte d’accélération des progrès technologiques, bon nombre de compétences se font rares et extrêmement pointues. Résultat : une pénurie de candidats dans certains domaines. Les talents dotés de hard skills spécialisées, par exemple en cloud computing ou en cybersécurité, sont ainsi particulièrement “chassés” par les entreprises. 

 

Quelles sont les hard skills les plus recherchées ?

 

Les hard skills les plus recherchées actuellement se caractérisent par leur diversité. Il s’agit tout aussi bien de compétences transversales que de compétences spécifiques à certains métiers. Voici les compétences techniques les plus prisées :

 

  • les compétences en informatique et IT, très nombreuses : utilisation de langages de programmation, maîtrise des technologies du cloud, analyse et segmentation de données, développement de l'intelligence artificielle, connaissance et application des méthodologies liées à l’expérience utilisateur sur un site web, etc. ;
  • les compétences rédactionnelles : excellente maîtrise du français, capacité à communiquer de manière claire et fluide ;
  • les compétences commerciales, en particulier la maîtrise des techniques de vente et la capacité à effectuer une analyse commerciale pertinente à partir d’outils tels que le CRM ;
  • la conception technique et l'ingénierie ;
  • la maîtrise des outils de bureautique ;
  • la gestion de projet ;
  • la maîtrise d’une voire deux langues étrangères.

Côté candidat, comment mettre en avant ses hard skills ?

 

Pour un candidat, il est impératif de mettre en avant ses hard skills sur un CV.  Les recruteurs les passeront bien évidemment au peigne fin, dans le but de contrôler l’adéquation des pré-requis techniques du poste avec les compétences du postulant. 

 

L’idée est de placer ses compétences techniques à différents endroits du CV, afin que l’employeur les inscrive dans sa mémoire. Dès l’accroche, il est utile de mentionner ses hard skills clés. Ensuite, il convient de les lister dans une rubrique spécifique, par exemple "compétences professionnelles”, sans oublier de mentionner les principales soft skills. Ces dernières viendront compléter utilement les compétences techniques.

La description des expériences professionnelles de manière concrète mettent également en relief les hard skills utilisées. 

 

Enfin, lorsque le candidat parle une langue étrangère (ou plus), une bonne pratique consiste à créer une rubrique dédiée. Il faut penser à inscrire clairement le niveau de maîtrise, et ce en utilisant le cadre européen de référence pour les langues (CECRL) : de A1 pour débutant à C2 pour expérimenté. 

 

Comment former vos employés aux hard skills pénuriques ?

 

Rise Up soutient les entreprises et organismes de formation en apportant des solutions de formation concrètes et efficaces. L’offre Rise Up Content propose ainsi un large éventail de formations sur étagère destinées à renforcer les hard skills. 

 

Les collaborateurs ont accès, via le LMS, à des modules engageants adaptés à une utilisation en mobilité. Le champ des compétences techniques couvert est large afin de répondre aux attentes de chaque salarié et aux problématiques propres de l’organisation. 

 

Les principales formations disponibles sont les suivantes : 

  • bureautique et digital : Excel, Microsoft 365, Facebook… ;
  • langues étrangères : anglais, allemand, espagnol ;
  • droit : RGPD par exemple ;
  • sécurité et prévention : sécurité au travail, sécuriser l’information ;
  • compétences commerciales : marketing stratégique, cold calling, social media marketing… ;
  • santé.

 

Que retenir au sujet des hard skills ? Quels que soient le type d’entreprise et le secteur d’activité dans lequel celle-ci évolue, les compétences techniques des collaborateurs restent et resteront indispensables. Les profils vraiment efficaces sont également dotés de soft skills clés, qui complètent stratégiquement leurs compétences liées aux savoir-faire. 

 

Rise Up Content découvrez notre offre de formations sur étagère