11 Minutes de lecture

L’évolution professionnelle accompagnée par l’entreprise

L’évolution professionnelle fait partie intégrante de toute carrière et recouvre plusieurs réalités. Qu’il s’agisse d’une reconversion, d’une promotion ou de perspectives plus larges en termes de progression, le projet professionnel de chaque salarié intègre cette dimension d’évolution de carrière. 

 

Les statistiques le confirment. Ainsi, le baromètre de l'évolution professionnelle commandé par la Fédération nationale des CIBC (Centres interinstitutionnels de bilan de compétences) révèle que 57 % des collaborateurs envisagent d’évoluer dans les deux ans. Il apparaît également qu’un quart d’entre eux ont effectué des recherches sur les formations adéquates pour y parvenir. On constate au passage (une fois de plus !) que que la formation fait figure de pilier dans les problématiques actuelles du monde professionnel.

 

Dans cet article, Rise Up fait le point sur les différents modèles d’évolution de carrière et l’importance de l'entreprise dans l'accompagnement des salariés.

 

Rise Up Content découvrez notre offre de formations sur étagère

 

L’évolution professionnelle, qu’est-ce que c’est ?

 

Définition de l’évolution professionnelle

 

L’évolution professionnelle est un domaine large, qu’il convient de segmenter afin d’en appréhender toute la richesse. 

 

On distingue en premier lieu deux types d’évolution professionnelle :

 

  • l’évolution liée au métier. Il s’agit d’acquérir de nouvelles compétences pour continuer à exercer sa profession efficacement et conserver son employabilité ;
  • l’évolution liée au statut. L’idée ici est de monter dans la hiérarchie, donc d’opérer une évolution verticale en obtenant plus de responsabilités, ce qui inclut souvent du management.

 

La progression dans son parcours professionnel peut se traduire par :

 

  • une revalorisation de salaire ;
  • une mobilité professionnelle, et ce de différentes manières : ouverture sur l’international, changement d’entreprise, reconversion, évolution horizontale ou transversale (exemples : changement de métier, d’équipe, renforcement d’une expertise).

 

On comprend ici que le projet professionnel et la direction donnée à sa carrière sont indissociables de l’évolution personnelle, donc d’un questionnement sur ses choix, ses priorités, le sens donné à son travail. 

 

Un groupe de collègues travaille sur tablettes

 

Évolution professionnelle et évolution de carrière : quelles différences ? 

 

La différence entre évolution professionnelle et évolution de carrière est subtile, mais elle existe bel et bien ! 

 

L’évolution professionnelle ne conduit pas automatiquement à une évolution de carrière, cette dernière engageant le collaborateur dans une démarche de progression sur le moyen et le long terme.

 

En effet, l’évolution de carrière implique l’élaboration d’un plan de carrière, jalonné d'étapes menant vers un objectif précis à atteindre. Un travail de réflexion en amont est indispensable et doit faire ressortir : 

 

 

Objectif : définir un projet professionnel clair et réaliste.

 

L’évolution professionnelle forcée : une réalité

 

Si l’évolution de carrière se base le plus souvent sur les désirs et la liberté de choix des salariés, elle possède également une autre facette, un peu moins séduisante. Il faut alors parler d’évolution professionnelle forcée. 

 

Les progrès des technologies, l’inconstance des marchés, le contexte économique et social incertain : autant de paramètres qui impactent potentiellement un projet professionnel. En effet, un collaborateur, face à ces contraintes, se verra obligé d'emprunter une direction ne correspondant pas forcément à ses attentes. 

 

Une étude internationale menée par la cabinet EY, LinkedIn et l’institut CSA montre les différents éléments pouvant mener à une évolution professionnelle forcée :

 

  • la transformation des métiers, avec l’avènement du digital et des nouvelles technologies ;
  • un changement nécessaire de compétences pour permettre à l’entreprise de rester compétitive. Le sens de l’innovation, l’adaptabilité, la capacité à travailler en équipe, la maîtrise des outils numériques constituent ainsi des aptitudes imposées dans de nombreux postes et secteurs d’activité ;
  • l’état du marché de l’emploi. 

Les perspectives d’évolution professionnelle

 

Comment accompagner les salariés dans leur évolution professionnelle ?

 

Tout salarié s’interroge à différents moments de sa vie sur sa carrière professionnelle. Son employeur se doit d'être à ses côtés pour l’orienter, l'accompagner dans sa progression et lui proposer des pistes adaptées à ses talents et à ses aspirations. En d’autres termes, il est nécessaire pour l’entreprise d’adopter une posture active : il s’agit à la fois de “se donner les moyens” et de “donner les moyens de”. 

 

Proposer un changement de poste, octroyer plus de responsabilités, accepter et faciliter un projet de reconversion : des réflexes essentiels aujourd’hui pour les directions et responsables de formation. Les carrières sont, de plus en plus, synonymes de mobilité professionnelle. 

 

La formation constitue un volet indispensable de l’accompagnement à l’évolution professionnelle. Dans cette optique, l’entreprise a tout intérêt à proposer des programmes d’upskilling, de reskilling et de cross skilling, afin de satisfaire les besoins de son personnel. Par ailleurs, opter pour une approche diversifiée de la formation permet aux organisations de s’armer face aux défis qu’elles doivent relever, en comptant dans leurs effectifs des collaborateurs parfaitement compétents à leur poste et épanouis professionnellement. 

 

En effet, il convient de garder à l’esprit que la prise en compte de l’évolution professionnelle impacte positivement la qualité de vie au travail. Et cette dernière a une forte influence sur la motivation et l’engagement du salarié au quotidien, donc sur ses performances.

 

L’entretien professionnel pour identifier les perspectives d’évolution dans l’entreprise

L’entretien professionnel apparaît comme un moment privilégié pour aborder la question de l’évolution professionnelle. Le collaborateur et le manager, en tête à tête, disposent du cadre nécessaire pour aborder cette question en profondeur. 

 

Compétences clés maîtrisées, perspectives de progression, formations nécessaires pour engager un tournant dans la carrière de l’individu, opportunités offertes par l’entreprise : des sujets qui seront “mis sur la table” au cours de ce rendez-vous qui, rappelons-le, n’a lieu que tous les deux ans.

 

Il est à noter que la réussite de ce type d’entretien passe obligatoirement par d’excellentes compétences managériales.

 

Le CEP (Conseil en évolution professionnelle) pour faire le point sur sa situation professionnelle

Le collaborateur a également l’opportunité de réaliser un état des lieux de sa carrière en utilisant un dispositif spécifique, à l’extérieur de son entreprise. Il s’agit du CEP (Conseil en évolution professionnelle). 

 

L’accompagnement est gratuit, personnalisé, et fourni par des conseillers spécialisés. Le salarié peut faire appel au CEP à tout moment, sans en informer son employeur. Le but : cadrer son projet d’évolution de carrière, définir une stratégie pour réussir son évolution professionnelle et, éventuellement, obtenir une aide pour trouver les financements nécessaires.

 

L’entreprise a l’obligation d’informer ses collaborateurs de l’existence de ce dispositif lors de l’entretien professionnel. 

 

Le GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences)

Le GPEC : un outil clé en matière de gestion des ressources humaines. Le but : s’assurer que l’entreprise dispose des compétences internes nécessaires pour réussir sa stratégie et s’adapter sans accroc aux exigences (changeantes) de son environnement économique, social et juridique. 

 

Le GPEC accorde naturellement une place de choix à l’évolution professionnelle, la priorité numéro 1 étant de faire évoluer les compétences des salariés, aussi bien les soft skills que les hard skills. Dans ce cadre, l'entreprise doit laisser l’opportunité aux collaborateurs de devenir acteurs de leur parcours professionnel. 

 

Le travail sur l'illettrisme, les compétences de base et les soft skills

Pas d’évolution professionnelle sans posséder des compétences de base, à commencer par la lecture, l'écriture et le calcul. Or, il apparaît que 7 % des adultes ayant été scolarisés en France ne possèdent pas une complète maîtrise de l’écrit. Parmi eux, plus de la moitié exercent une activité professionnelle, d’où la nécessité pour les organisations de s’impliquer dans la lutte contre l’illettrisme. 

 

Autres compétences clés : les soft skills, plus que jamais indispensables. Les compétences en communication, mais aussi les compétences interpersonnelles telles que l’empathie, la créativité, la gestion du temps ou encore l’aisance relationnelle font partie des soft skills incontournables ou presque. Là aussi, l’employeur doit se mobiliser pour favoriser le développement des soft skills de ses effectifs.

 

Le bilan de compétences

Excellent point de départ d’une évolution professionnelle : le bilan de compétences. Un travail souvent de longue haleine mais qui se révèle d’une grande utilité. Là aussi, tout salarié y a accès. Les bilans de compétences sont d’ailleurs éligibles au compte personnel de formation. 

 

Le but est d’analyser en profondeur ses compétences, ses aptitudes, ses qualités personnelles et ses motivations afin d’en dégager un projet professionnel cohérent et les éventuels besoins en formation en découlant. 

 

La promotion comme levier d’évolution professionnelle

 

La promotion interne constitue la voie classique et “naturelle” de l’évolution professionnelle. Concrètement, le collaborateur grimpe dans la hiérarchie, se voit offrir de nouvelles responsabilités et un salaire supérieur. 

 

Obtenir une promotion est vecteur d’un fort sentiment de reconnaissance professionnelle. C’est en effet une manière de récompenser les collaborateurs et de les encourager à se dépasser. Les entreprises ont donc intérêt à utiliser ce levier pour conserver leurs meilleurs éléments et favoriser une émulation saine au sein de leurs équipes. 

 

De plus, le recrutement en interne permet de réengager les salariés en leur offrant de nouvelles perspectives. À la clé : une meilleure gestion des compétences, ainsi qu'un épanouissement individuel renforcé, mais aussi une réduction des coûts puisque le nombre de recrutements externes diminue !

 

En outre, opter pour une politique active en matière de promotion professionnelle ne peut qu’améliorer la marque employeur ! Autrement dit, une organisation n’hésitant pas à faire monter en grade ses salariés bénéficiera d’une image positive.

 

Voici, en synthèse, les objectifs de la promotion professionnelle :

 

  • conserver les meilleurs talents ;
  • récompenser et fidéliser les meilleurs talents ;
  • favoriser le bien-être au travail ;
  • optimiser la gestion des talents ;
  • optimiser les coûts ;
  • soigner l’image de l’entreprise.

 

Entretien professionnel entre un manager et son collaborateur

L’évolution professionnelle par un changement de carrière

 

La reconversion professionnelle séduit un nombre croissant de salariés

La reconversion professionnelle : un sujet qui s’impose de plus en plus dans l’esprit des salariés, mais aussi des recruteurs ! La quête de sens devient moteur dans la réflexion sur son évolution professionnelle. Suis-je heureux dans mon métier ? Qu’est-ce que j’en retire sur un plan individuel ? Mon poste me permet-il de m’épanouir pleinement ? Mon évolution de carrière est-elle alignée sur mes projets personnels ? Ces questions-là, nombreux sont les collaborateurs à se les poser, d’autant plus dans le contexte de “grande démission” qui a suivi la pandémie. 

 

L’objectif n’est plus simplement de décrocher un emploi, mais de se réaliser dans ses missions et ses tâches quotidiennes. La définition d’un projet professionnel prend en compte tous les aspects de l’individu : ses compétences et sa personnalité bien sûr, mais aussi sa vie personnelle, ses priorités, ses passions. 

 

De nombreux salariés se rendent ainsi compte qu’ils ne sont pas satisfaits de leur métier. 

 

Une bonne reconversion passe nécessairement par un programme de formation adapté

Une reconversion est forcément associée à un temps, plus ou moins long, de formation. Or aujourd’hui, il est possible de se former sur… à peu près tout ! Apprendre un nouveau métier implique l’acquisition de compétences techniques (hard skills) bien sûr, mais pas seulement…

 

L’individu doit également renforcer ses compétences transversales afin d’assurer une transition sereine entre son ancienne et sa nouvelle profession. Des aptitudes telles que l’autonomie, l’adaptabilité, la réactivité ou la persévérance constituent de véritables atouts pour réussir son projet. 

 

De plus, selon le métier visé, il faudra également développer des compétences supplémentaires faisant appel au savoir-être (soft skills) et aux relations interpersonnelles. Être capable de travailler en équipe ou, au contraire, tout seul, savoir prendre des initiatives, être apte à négocier, à déléguer ou encore à travailler dans l’urgence : voilà quelques exemples de compétences potentiellement nécessaires dans son nouveau métier. 


Rise Up s’inscrit dans cette dynamique en apportant les moyens nécessaires aux salariés pour se reconvertir. Ainsi, l’offre Rise Up Content se veut la plus complète possible. Le catalogue propose 1 000 formations sur étagère. Des modules engageants, une pédagogie innovante, un accès ultra-simple depuis le LMS : des spécificités qui assurent une montée en compétences rapide et efficace des collaborateurs !

 

Rise Up Content découvrez notre offre de formations sur étagère