6 Minutes de lecture

Les enjeux de l’adaptive learning en 2022

L’adaptive learning, encore appelé adaptative learning ou apprentissage adaptatif, occupe une place de plus en plus importante dans le monde de la formation professionnelle. L’adaptive learning en entreprise est riche de promesses, c’est indéniable. Quelles sont-elles et que doivent faire les organisations pour les tenir ? Quels sont les défis de l’adaptive learning, alors que les attentes des collaborateurs en matière de formation ont fortement évolué ces dernières années ? Rise Up vous éclaire sur ces questions essentielles ! 

 

guide-enjeux-adaptive-learning

 

Vous avez dit “adaptive learning” ? 

 

Définition de l’adaptative learning 


L’adaptive learning, dans sa définition la plus simple, n’est autre que l’apprentissage personnalisé. 

L’adaptative learning utilise la puissance de l’intelligence artificielle, en particulier du machine learning, pour proposer des parcours de formation correspondant aux besoins spécifiques de chaque collaborateur. Et ce en fonction de son environnement et de son profil.

Le machine learning (plus précisément l’adaptive machine learning) analyse la data disponible sur la plateforme de formation. Cette data correspond aux données laissées par l’apprenant à chacune de ses connexions. Ainsi, la technologie s’enrichit et affine ses préconisations au fil de la progression du collaborateur. 

 

définition de l'apprentissage adaptatif

 

Macro et micro adaptive learning


Le macro adaptive learning fait référence à la personnalisation du parcours de formation.
Les modules sont les mêmes pour tous mais chacun avance à son rythme. Grâce à l’adaptive machine learning, le système détecte les niveaux d’expertise de chaque utilisateur. En conséquence, les collaborateurs ayant déjà de bonnes connaissances sur la compétence visée passeront plus vite sur certains modules (voir en sauteront certains) alors que d’autres s’engageront dans le parcours d’adaptive learning avec un niveau plus faible ; leur temps d’apprentissage sera donc plus long. La progression s’ajuste en temps réel afin de toujours correspondre au besoin de l’apprenant. Le but est qu’à la fin du parcours, tous les collaborateurs aient atteint un même niveau de maîtrise de la compétence. 

Les applications du macro adaptive learning sont nombreuses. Il peut permettre aux commerciaux d’acquérir de nouvelles techniques de vente, à une équipe de prendre en main un nouveau logiciel ou de monter en compétences dans une langue étrangère, etc. 

Avec le micro adaptive learning, on entre dans une personnalisation plus pointue car les contenus sont différents d’un collaborateur à l’autre. Les neurosciences interviennent afin de détecter la réceptivité de l’apprenant au fur et à mesure de son avancée dans le module. Cette information vient s’ajouter à l’analyse de ses résultats. 

Dès lors, les notions abordées et les exercices proposés correspondent à la fois au niveau de connaissance mais aussi au profil cognitif de chacun. En d’autres termes, la plateforme propose les contenus les mieux à même d’être assimilés par l’apprenant. La formation devient véritablement individualisée. 

 

Pourquoi l’adaptive learning ? 

 

Une réponse aux problématiques actuelles


Une montée en compétences rapide des salariés constitue plus que jamais une exigence pour les entreprises. Il ne fait aucun doute aujourd’hui que la première valeur d’une société, ce sont ses compétences internes. La performance passe donc par une valorisation de ces dernières. 

De plus, le monde professionnel fait face à plusieurs évolutions majeures. De nouveaux modes de travail se sont installés, avec le boom du distanciel, une organisation plus flexible et une mobilité croissante des collaborateurs. On assiste également à l’avènement des nouvelles technologies, qui fournissent justement aux salariés les moyens techniques indispensables à la réalisation de leurs missions en dehors du bureau. Dans ce contexte, les entreprises doivent également favoriser le bien-être de leur personnel en développant les compétences douces (soft skills).  

Bref, nous sommes entrés dans l’ère du travail hybride

L’adaptive learning en entreprise s’intègre parfaitement dans cette problématique, pour plusieurs raisons : 

  • il conduit à des formations répondant précisément aux besoins de chacun ;
  • les parcours d’adaptive learning étant ajustés, le temps de formation est plus court ;
  • le taux de rétention est plus élevé que dans des parcours classiques ;
  • conséquence : avec l’apprentissage adaptatif, les collaborateurs acquièrent des connaissances rapidement et les retiennent mieux.

 

Pour cela, il faut bien sûr mettre régulièrement à jour les formations afin de “coller” en permanence aux exigences du secteur d’activité et aux aspirations des salariés. 

En synthèse, l’adaptative learning doit permettre à l’entreprise de proposer la bonne formation, au bon moment, au bon collaborateur.

 

Quels sont les challenges relatifs a l'adoptive learning ?

 

Un accompagnement nécessaire des collaborateurs


La mise en œuvre d’un parcours en adaptive learning efficace exige également un accompagnement de l’apprenant. Seul devant son écran, l’utilisateur a besoin d’être épaulé et de trouver une aide lorsqu’il se pose des questions. Une plateforme d’adaptive learning comme Rise Up intègre, dans ce but, un système de tutorat intelligent. 

Concrètement, le collaborateur fait appel quand il le souhaite à un coach virtuel de formation. Celui-ci l’oriente, lui recommande des contenus et lui envoie des notifications pour lui rappeler de suivre ses modules. Cette fonctionnalité est complétée par d’autres dispositifs comme les forums et les chats. 

 

Les enjeux de l’adaptive learning 

 

Les défis de l’adaptive learning sont nombreux. Trois grands enjeux se dégagent.

Le premier challenge de l’adaptive learning est de répondre aux besoins de formation des collaborateurs. Pour cela, il convient d’adopter une approche par compétences. Dans ce cadre, un outil se révèle clé : le référentiel de compétences, appelé aussi référentiel métiers. Il s’agit d’un répertoire regroupant la totalité des compétences d’une organisation, aussi bien celles qui sont déjà présentes que celles à couvrir. 

Cet état des lieux facilite ensuite les actions de formation. En effet, chaque catégorie de compétences sera reliée à une série de formations. Il devient ensuite très simple de proposer des modules pertinents aux collaborateurs en fonction de leur métier et des missions attachées à leur poste. 

Deuxième défi de l’adaptive learning : garantir la diversité des formats d’apprentissage et des parcours de formation. Les apprenants ont besoin de variété, tant dans les modes d’enseignement qui leur sont proposés que dans les contenus. Ainsi, l’apprentissage adaptatif a tout intérêt à s’insérer dans un parcours hybride. Le collaborateur aura alors accès à un éventail de formats et modalités pédagogiques : sessions en présentiel, classes virtuelles, social learning, modules e-learning, mobile learning, le tout pouvant être gamifié afin d’augmenter l’engagement apprenant. En un mot, c’est le blended learning qui est le mieux à même d’exploiter tout le potentiel de l’adaptive learning.

Troisième enjeu de l’adaptative learning : créer une culture d’apprentissage au sein de l’entreprise. Vous l’avez compris, il devient capital de faire évoluer la structure vers une organisation apprenante. Pour cela, il convient en premier lieu de faciliter l’accès à la formation et de communiquer efficacement sur les dispositifs mis en place. En second lieu, il est indispensable d’impulser et de valoriser le partage des connaissances de même que l’apprentissage collaboratif. 


guide-enjeux-adaptive-learning-grand