7 Minutes de lecture

Comment financer une formation professionnelle ?

29 novembre 2021

Que vous soyez demandeur d’emploi, salarié, ou en reconversion, il existe de nombreux dispositifs dont vous pouvez bénéficier pour financer une formation professionnelle. Vous pouvez, en effet, vous former tout au long de votre carrière, quelle que soit votre situation ou votre nouvelle ambition. Si vous avez un tel projet, voici un guide pour vous présenter les différentes options de financement de formation existantes.

 

Comment obtenir un crédit rapide pour financer une formation professionnelle?

 

Obtenir un crédit rapide pour financer une formation professionnelle

 

Le crédit rapide est l’un des moyens les plus efficaces pour obtenir le financement d’une formation. Pour obtenir un prêt rapidement, il faut effectuer une demande en ligne auprès d’organismes qui proposent ce type de financement. La plateforme Finfrog  par exemple, propose des crédits express jusqu’à 600 euros avec une démarche 100% en ligne. En effet, la demande de crédit rapide se fait sans avoir à fournir de justificatifs papiers à envoyer. Sachez que vous serez plus éligible auprès de la majorité des organismes de crédit si vous avez un emploi stable ou des revenus qui vous permettent de rembourser le crédit dans l’échéance que vous aurez choisie. En plus d’optimiser vos chances, cela évitera également le surendettement. 

 

Les étapes pour obtenir un crédit rapide


Le crédit rapide peut vous permettre de financer votre suivi de cours sur une plateforme de formation en ligne ou dans un établissement spécialisé. Pour l’obtenir, vous devez remplir un formulaire de demande de prêt comme dans une banque classique. 

À cette demande, vous allez ajouter les pièces justificatives selon ce que vous impose l’organisme de prêt. Une fois qu’elle a été envoyée, l’équipe de l’établissement prêteur va étudier votre demande d’emprunt selon leurs critères et en fonction de la somme demandée.

Généralement, après ouverture de votre dossier, vous pouvez compter un ou deux jours pour recevoir la réponse à votre demande par e-mail ou par téléphone. Si votre demande a été acceptée, vous allez procéder à la signature de prêt. Mais avant, il faudra procéder à la lecture des conditions et des modalités du contrat de crédit pour vérifier que vous êtes d’accord avant de signer. Ensuite, recevez votre financement quelques jours plus tard.

 

Les justificatifs à fournir


Les pièces justificatives demandées par les organismes de prêt ne sont généralement pas nombreuses. Très souvent, il s’agit de la pièce d’identité valide, d’un justificatif de domicile et des dernières fiches de paie afin de vérifier la capacité d’emprunt chez les salariés.

 

Utiliser les dispositifs d’aide pour financer une formation professionnelle

 

L’un des objectifs de l’État est de permettre à chaque salarié de se former tout au long de sa carrière soit pour garder son poste soit pour évoluer vers d’autres métiers et ceci, quelle que soit sa situation. Chaque membre actif d’une entreprise peut se diriger à sa convenance vers le digital learning ou e-learning en souscrivant au dispositif suivant :

 

Le financement de la formation des travailleurs indépendants


Chaque année, tous les travailleurs indépendants tels que les artisans, les commerçants, ceux qui exercent des professions libérales, les entrepreneurs individuels, les gérants et les auto-entrepreneurs versent auprès du Fonds d’Assurance Formation (FAF), leur contribution à la formation professionnelle. Le fonds en question permet d’assurer la prise en charge des frais de formation. Ainsi, les travailleurs indépendants ont, depuis 2020, l’opportunité de faire des demandes sur le site officiel moncompteactivite.gouv.fr comme tout salarié. Si vous êtes travailleurs et que vous avez besoin de connaître les budgets, rapprochez-vous du FAF dont vous dépendez.

 

Le Compte Personnel de Formation (CPF)


Il remplace le DIF (Droit Individuel à la Formation) et permet à tous les travailleurs d’obtenir des droits à la formation. Il peut être utilisé par toutes les personnes ayant au moins 16 ans dès leur entrée sur le marché du travail. De même, les retraités bénéficiant du cumul emploi-retraite ou ayant une source de revenu stable peuvent mobiliser leur CPF. Par ailleurs, les comptes des salariés autrefois crédités en heures sont désormais en euros. Ainsi, les droits acquis peuvent être mobilisés à n’importe quel moment pour un changement de statut, une période de chômage, etc.

 

Le Congé de Transition Professionnel (CTP)


Il remplace le congé individuel de formation (CIF). Il s’agit d’un véritable soutien pour ceux qui souhaitent financer une formation pour réaliser une reconversion professionnelle, changer de métier ou évoluer dans leur carrière. Pour en bénéficier, il faut être un salarié en CDI (Contrat à Durée Indéterminée) et avoir fait 24 mois d’activité, dont au moins 12 mois au sein de la même entreprise. Sont également éligibles les salariés en CDD (Contrat à Durée Déterminée) pouvant justifier de 24 mois de travail au cours des cinq dernières années. Il faut noter qu’ils doivent avoir travaillé obligatoirement durant au moins quatre mois pendant les douze derniers mois. Pour les salariés licenciés économiquement, aucune ancienneté n’est requise.

 

Le plan de développement des compétences (ex-plan de formation) 


Son objectif principal est de permettre aux entreprises d’accompagner leurs salariés dans leur évolution professionnelle tout en assurant le maintien de leur poste de travail. Avec le Plan de Développement des Compétences (PDC), il est donc possible de réaliser des formations même en situation de travail. Vous pouvez opter pour une formation en présentiel ou via une plateforme de formation en ligne. Par ailleurs, les actions de formation éligibles au PDC se distinguent en deux catégories. Il s’agit des actions de formation d’emploi et des actions de formation de développement des compétences. En dehors de ces deux catégories d’actions, le PDC inclut également des actions comme la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), le bilan de compétences et la Promotion par Alternance (Pro-A).

 

Comment utiliser le plan de développement des compétences ?

 

La reconversion ou Promotion par Alternance (Pro-A)


Ce dispositif a été créé par la loi du 5 septembre 2018 pour favoriser l’évolution, la promotion professionnelle puis le maintien de l’emploi des salariés. Il permet aux travailleurs d’avoir un parcours de formation individualisé tout en alternant les périodes d’activité professionnelle et les périodes de formation. La reconversion ou promotion par alternance s’inscrit en complément au plan de développement des compétences de l’entreprise et du compte personnel de formation. La mise en œuvre de la Pro-A peut être initiée par le bénéficiaire ou par l’entreprise. Elle s’adresse essentiellement aux salariés : en CDI (Contrat à Durée Indéterminée) ; en Contrat Unique d’Insertion à Durée Indéterminée (CUIDI) ; sportifs ou aux entraîneurs professionnels ayant un Contrat de travail à Durée Déterminée (CDD) ; placés en activité partielle, etc.

Pour accéder à la Pro-A, le salarié doit justifier que son niveau de qualification est inférieur à la Licence en vigueur dans ce cas. À cela s’ajoute, une certification professionnelle enregistrée au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles).

 

L’Aide Individuelle à la Formation (AIF) 


Elle permet de financer une partie ou la totalité des formations suivies par un demandeur d’emploi. C’est une aide mobilisée par le Pôle Emploi et mise à disposition du demandeur lorsque les frais pédagogiques ne sont pas pris en charge en tout ou en partie par les OPCO (opérateurs de compétences) et les collectivités territoriales. 

L’Aide Individuelle à la Formation s’adresse à tous les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi. Elle concerne également les bénéficiaires du contrat de transition professionnelle (CTP), de sécurisation professionnelle (CSP) ou de congé de reclassement (CCR). Il faut noter que la mise en œuvre de l’AIF se fait par la signature d’une convention de formation entre le demandeur d’emploi, le Pôle emploi et l’organisme de formation. Après cela, le montant de l’aide est versé directement à l’organisme de formation.  

 

L’Action de Formation Conventionnée (AFC) 


Ce dispositif permet au demandeur d’emploi indemnisé ou non de se former et d’acquérir de nouvelles compétences pouvant lui favoriser un retour plus rapide sur le marché. Ici, les formations éligibles sont les savoir-faire techniques, les langues étrangères, le permis C, les diplômes de garderies et autres. Pendant sa période de formation, le demandeur peut bénéficier d’une Rémunération des Formations Pôle Emploi (RFPE) ou d’une Allocation d’aide au Retour à l’Emploi Formation (AREF).

Pour aider l’État, chaque entreprise doit payer une Contribution Unique à la Formation Professionnelle et à l’Alternance (CUFPA) afin que les salariés puissent bénéficier de leur droit à divers niveaux. 

 

ARTICLES RÉCENTS