6 Minutes de lecture

L’adaptive learning au service de l’éducation

Le monde de l’éducation vit actuellement un changement majeur. À l’apprentissage collectif, avec un professeur délivrant des connaissances devant un groupe d’étudiants (en salle ou virtuellement), s’ajoute une logique inverse. Est désormais prise en compte l’attente propre de l’apprenant, à laquelle doit s’adapter l’enseignement.

 

En d’autres termes, la pédagogie et les contenus sont de plus en plus déterminés en fonction des besoins de l’apprenant. Cela mène à la personnalisation de l’enseignement, ce que l’on appelle l’adaptive learning, ou apprentissage adaptatif

Guide enjeux adaptive learning

 

L’adaptive learning pour mieux comprendre les besoins des étudiants 

 

L’adaptive learning a fait son entrée dans l’éducation il y a environ 15 ans. Ce sont les universités américaines qui ont impulsé son utilisation. Récemment, l’apprentissage adaptatif s’est développé à grande échelle. Le déclic ? La crise sanitaire et l’obligation de transférer l’enseignement du présentiel au distanciel. 

 

La définition de l’adaptive learning a de quoi séduire : il s’agit de la personnalisation de la formation, basée sur une meilleure compréhension des besoins des étudiants. Cette approche pédagogique s’appuie sur les technologies d’intelligence artificielle, couplées aux neurosciences. Afin de détecter ce qu’attendent les élèves en termes de contenus et de pédagogie, le système analyse en permanence un grand volume de données.

Ce travail conduit à proposer un parcours individualisé, construit en fonction des lacunes de l’étudiant, de sa vitesse d’apprentissage, des contenus qu’il maîtrise déjà, etc. 

L’adaptive learning pour mieux comprendre les besoins des étudiants 

Concrètement, le recueil de la data nécessaire s’effectue via une plateforme d’adaptive learning, à laquelle se connecte l’apprenant. Les données collectées partent essentiellement d’un test de départ, qui permet d’évaluer son niveau dans la compétence visée.

 

L’apprentissage adaptatif va encore plus loin. La data est exploitée en temps réel, au fil des connexions de l’utilisateur. En retour, le système “réagit” et actualise ses propositions pédagogiques. Ainsi, lorsque l’apprenant obtient un mauvais score à un quiz, la plateforme lui propose automatiquement de nouvelles questions et ce jusqu’à ce que la notion soit comprise et mémorisée.

 

Comment l’apprentissage adaptatif bénéficie à la pédagogie

 

Avec l’adaptive learning, la pédagogie se trouve enrichie de bien des manières.

 

L’enseignement en ligne s’adapte dès lors automatiquement aux besoins de chaque apprenant, à ses capacités et à son rythme d’apprentissage.

À ce titre, certaines matières paraissent particulièrement bien adaptées à l’apprentissage individualisé en distanciel : les mathématiques, les langues, l’histoire ou le français notamment. Acquérir chaque notion pas à pas, avec un chemin de progression clair et balisé, en fonction de son niveau de départ : voilà la voie royale pour progresser dans les savoirs et compétences “durs” !

 

Autre apport de l’adaptive learning en termes de pédagogie : une offre de contenus et de modalités d’apprentissage complémentaires à celles apportées en classe. L’étudiant se connecte à sa plateforme pour apprendre mais aussi approfondir les connaissances acquises en présentiel. À l’inverse, il peut réviser, allant même jusqu’à revoir le programme entier de l’année avant un examen. De plus, s’il n’a pas compris l’ensemble de son cours ou s’il maîtrise mal une notion, le système le détectera et lui apportera des ressources supplémentaires.

 

Pour atteindre un tel niveau d’efficacité, il faut que la plateforme d’adaptive learning intègre un contenu dense et de qualité, couvrant des niveaux très hétérogènes.

 

Enfin, au-delà de son intérêt au niveau individuel, l’apprentissage adaptatif bénéficie aussi à l’ensemble d’une classe. Par exemple, si la plateforme détecte un taux de réussite global très faible à une évaluation, le professeur réorientera son cours et ajustera les contenus au niveau de ses élèves.

 

Des étudiants séduits par l’adaptive learning

 

Principal point fort de l’adaptive learning aux yeux des étudiants : la motivation, l’engagement, le désir d’apprendre qu’il suscite.

 

Adaptés à leur niveau, donc ni trop faciles, ni trop difficiles, les quiz et les cours numériques ne génèrent aucune frustration et donnent envie d’aller plus loin. De plus, les élèves ont l’opportunité de choisir eux-mêmes une partie des contenus : ils “piochent” dans les propositions de modules qui leur sont soumises. Enfin, un programme d’entraînement en mode “coaching”, contenant des challenges à relever en individuel ou en groupe (on parle alors de gamification), stimule l’élève. 

 

Voilà de quoi séduire, alors que des apprenants sont parfois habitués à un enseignement à distance froid et impersonnel, entre modules e-learning peu engageants et captations vidéos de cours sans possibilité d’interactions.

 

En fait, les progrès du numérique dans leur ensemble favorisent l’épanouissement de l’apprentissage adaptatif. L’enseignement prend en compte les nouveaux usages pour “coller” au comportement des étudiants, qui recherchent mobilité et flexibilité. On assiste ainsi au développement de nouveaux formats d’apprentissage (mobile learning, social learning).

En outre, grâce à la mise à disposition d’applications mobiles, les ressources pédagogiques deviennent accessibles même hors connexion. L’adaptive learning devient dès lors une composante (majeure) d’une approche plus globale : le digital learning

 

L’apprentissage adaptatif vu par les enseignants

 

Pour les professeurs, il ne fait aucun doute qu’un enseignement personnalisé est plus pertinent qu’un savoir délivré de manière massive, sans distinction des profils et des niveaux réels des apprenants. Or, avec les formats traditionnels (un enseignant face à une classe), il leur est impossible d’individualiser leurs cours. 

 

Une plateforme d’adaptive learning fournit donc un complément idéal. Celle-ci permet de proposer des contenus supplémentaires et personnalisés, donc de faire progresser l’élève. 

L’apprentissage adaptatif vu par les enseignants

De plus, les enseignants disposent d’une mine d’informations à exploiter. Ils acquièrent une connaissance précise du niveau de leur classe, décèlent plus facilement les notions qui méritent d’être révisées par tous et celles qui ont été bien assimilées. 

 

Toutefois, personnaliser l’éducation grâce à l’adaptive learning fait parfois peur. Il est clair que l’apprentissage adaptatif change la façon d’enseigner. Certains professeurs craignent dès lors que leur rôle même soit remis en question. Or, il s’agit plus d’un soutien à la pédagogie que du remplacement du professeur par la machine. Le rôle de l’humain reste indispensable dans l’apprentissage. L’empathie, les liens créés, quelques traits d’humour distillés pendant un cours : une plateforme d’adaptive learning ne proposera jamais cela… 

 

Il reste toutefois aux enseignants un défi à relever : se former aux outils numériques, afin de pouvoir alimenter les plateformes d’adaptive learning en contenus de qualité. En effet, il n’est pas rare que l’attention des concepteurs de plateforme se porte plus sur le côté technique que sur les ressources mises à disposition des élèves. 

 

Pour terminer, élargissons notre champ de vision. Si l’éducation profite des dernières avancées de l’adaptive learning, ce n’est pas le seul domaine concerné. L'apprentissage adaptatif concerne potentiellement toute personne cherchant à acquérir des savoirs et savoir-faire. Ainsi, l’adaptive learning joue un rôle clé dans l’avenir de la formation professionnelle.

Guide enjeux adaptive learning